Témoignage de Monsieur T. (31 ans)

Titulaire d’un Master Mathématiques Appliquées et sciences sociales, j’ai rejoint l’association Loger Marseille Jeunes depuis début 2016.

C’est avec plaisir que je vous fais part de mes sentiments par rapport à mon logement et surtout à l’association.

En effet, travaillant au début au Mac Do puis à la fin à l’hôpital de la Timone en tant qu’ingénieur statisticiens, LMJ m’a permis de disposer d’un T2 avec un prix de loyer abordable qui avec le chômage que je reçois actuellement je peux m’en acquitter.

En plus de cela ils sont toujours à l’écoute et disponibles pour quelconques problèmes afin de trouver une solution. La preuve en est, le Président, Monsieur DUBOURG, n’hésite jamais à me faire suivre les offres d’emploi dont il fait écho. Même actuellement, étant donné que le permis de conduire est l’un des freins pour que je puisse obtenir un emploi, ensemble on est en train de trouver une solution.

Je vais terminer par les améliorations. Même si des efforts ont été faits, la propreté et la sécurité des parties communes du bâtiment doivent être renforcées. "

 

Témoignage de Madame S.D.

" (…) Après avoir galéré un bon moment dans les dispositifs d’hébergement d’urgence j’ai atterri à HAS (Habitat Alternatif Social), encore une fois dans un dispositif semi collectif sis dans la localité d’Aubagne. Avec cette association j’ai pris le souffle, et j’ai finalement commencé à prendre ma vie en main, par le biais de cette dernière j’ai connu LMJ avec un bel appartement situé dans un des plus beaux quartiers de Marseille.

Inutile de préciser que le toit est très important et sans ce droit il n’y a guère de possibilité d’avancer dans la vie.

Un T1 de 33 m2 une surface correcte avec un loyer modeste, positionné à un endroit desservi par divers moyens de commodité en particulier une station de métro qui est à pas plus de 10 min de chez moi et tout ce qu’il faut, sans me sentir obligée d’aller plus loin pour satisfaire les demandes de la vie quotidienne.

Je remplis fièrement les conditions pour être logée chez Loger Marseille Jeunes puisque je m’engage à préparer un diplôme en comptabilité.

Je remercie tous ceux et celles qui donnent de leur temps et de leur énergie pour le maintien et la survie de cette association, sans laquelle je ne sais pas ce qu’il me serait advenu. "

 

Témoignage de Madame Y. (25 ans)

De nationalité arménienne, titulaire d’un titre de séjour d’un an, je suis hébergée sur le CHRS de l’association Hospitalité Pour les Femmes depuis août 2013. J’ai d’abord été prise en charge dans l’hébergement collectif et depuis le 05.02.2015, je suis hébergée dans un appartement relais *. Ce logement m’apporte la stabilité nécessaire pour m’investir pleinement dans mes projets, il me permet aussi de recréer l’unité d’un lieu indispensable à ma reconstruction après toutes les difficultés vécues.

Je me plais beaucoup dans ce logement et je l’ai investi à mon goût. Le quartier est agréable, pratique et central, je suis proche d’HPF, et j ai de bonne relations avec le voisinage.

Ceci m’apporte beaucoup de sérénité.

Je suis arrivée en France en novembre 2012. Avant d’accéder au CHRS HPF, je suis restée 9 mois sur un hébergement d’urgence. Durant cette période, j’ai été bénévole dans une librairie caritative.

Alors que je ne parlais quasiment pas français à mon arrivée, j’ai beaucoup évolué professionnellement depuis que je suis hébergée à HPF. En 2013, j’ai d’abord intégré l’Atelier d’Aide à la Vie Active de l’association. Parallèlement, je suivais des cours d’alphabétisation dans une association.

Suite à l’obtention d’un premier récépissé avec autorisation de travailler, j’ai bénéficié d’un accompagnement de la Mission Locale en lien avec le coordinateur à l’emploi d’HPF. Je me suis inscrite à Pôle Emploi et j’ai suivi une formation de remise à niveau rémunérée qui m’a permis de beaucoup progresser dans la maîtrise du français.  Dans le cadre de cette formation, j’ai effectué deux stages de vendeuse qui m’ont donné envie de m’orienter dans  cette voie professionnelle.

En 2015, j’ai commencé à travailler comme agent polyvalent dans une entreprise d’insertion. Parallèlement à mon emploi, j’ai bénéficié d’un accompagnement professionnel à travers lequel j’ai effectué des stages de vendeuse dans différents restaurants. Suite à ces stages qui ont donné satisfaction, j’ai obtenu mon premier contrat de travail à durée déterminée.

A la fin de mon contrat en novembre 2015, je me suis inscrite dans une boîte d’intérim. J’ai effectué des missions en tant que vendeuse dans différentes établissements. J’ai alors bénéficié de l’Allocation de Retour à l’Emploi. Puis après avoir réussi l’examen d’entrée, j’ai intégré une formation pour obtenir un CAP de vente. Je passerai l’examen final en 2017. Ce diplôme me permettra de trouver un emploi qualifié et stable.

Je fais actuellement toutes les démarches, avec l’aide d’HPF, pour trouver un logement autonome, et suis en attente de résultat des commissions d’attribution ."

* un de nos appartements rue Crimée (3° arr.)

 

Témoignage d'une association partenaire - ADDAP13

 "Un coup d’œil sur l’histoire de vie d’un jeune hébergé par l’Association Départementale pour le Développements des Actions de Prévention des BdR (ADDAP 13) dans un appartement de LMJ

Ce jeune arrive à Marseille en provenance d’Algérie alors qu’il est mineur et isolé. Il est pris en charge par le service des mineurs étrangers isolés, et placé au foyer de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). Il commence un apprentissage d’électricité. A ses 18 ans la prise en charge de l’ASE se termine et il se trouve à nouveau sans domicile et dort dans une voiture. Il rencontre alors un éducateur de l’ADDAP 13 qui l’accompagne dans son projet de vie  et l’oriente vers le pôle insertion logement. Il est logé dans un appartement de LMJ, rue Arnal. Il s’intègre bien dans la résidence, aidant le voisinage, prenant soin de son appartement. Il poursuit son apprentissage et en juin 2015 il obtient son CAP et reste comme ouvrier chez le même employeur. Il participe bénévolement à une action de sensibilisation à l’accès au logement des jeunes avec la Fondation Abbé Pierre.

L’ADDAP 13 l’a aidé dans ses démarches de relogement  et actuellement il est locataire d’un T2 dans le centre-ville de Marseille.

La prise en charge sociale, le soutien éducatif et l’hébergement dans un appartement LMJ ont permis, à ce jeune de s’insérer socialement, de poursuivre dans de bonnes conditions son projet professionnel et de prendre son autonomie. "